Nouvelle catégorie : à propos du Yi-King

Nouvelle catégorie d’articles, « à propos du Yi-King », consacrée au livre des transformations. Un ouvrage extraordinaire mais pas toujours facile d’accès, qu’il m’a fallu tout doucement apprivoiser pour créer Achillea. 

 

3 éditions françaises du Yi-King
3 éditions françaises du classique des changements, le Yi-King (ou Yi King, ou Yi Jing)

Parmi les nouvelles personnes à qui il m’arrive régulièrement de présenter Achillea, le Yi-King végétal, rares sont celles qui  sont familiarisées avec le Yi-King originel. Je n’en connaissais moi même que le nom lorsque, m’intéressant à l’approche énergétique de la médecine traditionnelle chinoise, je découvris pour la première fois le formidable principe des hexagrammes… Un hexagramme est un ensemble de six traits superposés, chaque trait étant soit plein soit brisé. Un trait plein correspond au Yang, énergie créatrice, active, dynamique tandis qu’un trait brisé correspond au Yin, énergie passive, accueillante, réceptrice. 6 traits, 2 possibilités par trait, donc 2x2x2x2x2x2 = 64 combinaisons possibles.

 

Une message de sagesse en réponse à une problématique

 

Le Yi-King décrit, trait par trait, chacun de ces 64 hexagrammes. L’idée n’est pas de lire l’intégralité de l’ouvrage mais de le consulter comme un manuel d’aide à la prise de décision. Face à une problématique donnée, le consultant, équipé soit de trois pièces de monnaie soit de cinquante tiges d’achillée millefeuilles, tire un à un chacun des six traits yin ou yang de l’hexagramme correspondant à sa réponse, qu’il n’a plus qu’à découvrir en lisant son descriptif dans le Yi-King…  Pour une première approche, je ne saurai trop conseiller l’ouvrage de Nathalie Chassériau : « prendre les bonnes décisions avec le Yi King », qui non seulement explique très simplement la technique du tirage par les pièces de monnaie mais offre également une description claire et moderne de chacun des hexagrammes. De nombreux autres livres, oeuvres d’éminents sinologues, permettent d’approfondir cette connaissance de ce monument de la culture chinoise, au risque même de n’y plus rien comprendre… Car si le principe des traits est on ne peut plus simple et limpide, l’interprétation de leur superposition ne fait pas l’unanimité et pour cause : l’ouvrage originel a été écrit à une toute autre époque que la nôtre, dans une toute autre civilisation, dans une toute autre langue !

 

Du Yi-King au jeu sur les plantes…

 

Laissant aux spécialistes le soin de se quereller sur le sens précis des hexagrammes, je me suis pour ma part « contenté » d’utiliser cette magnifique matrice aux soixante-quatre combinaisons énergétiques complémentaires pour structurer mon jeu de cartes. Initialement, j’espérais dénicher une correspondance directe entre les propriétés des plantes et les qualités des hexagrammes… Mais la diversité des unes et la complexité des autres m’en ont bien vite dissuadé. Cette nouvelle rubrique, « à propos du Yi-King », me permettra d’exposer petit à petit par quel cheminement je suis passé pour associer le monde végétal aux hexagrammes. Le travail fut ardu mais j’ai eu la chance de pouvoir m’appuyer sur un vénérable maître chinois à la sagesse incomparable : le Yi-King lui-même…

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *